ACCUEIL     CHAPITRE 1       CHAPITRE 2      CHAPITRE 3      CHAPITRE 4      CHAPITRE 5Introduction.htmlCHAPITRE_2-ARTS.htmlhttp://livepage.apple.com/CHAPITRE_3-FONCTIONS.htmlCHAPITRE_4-USAGE_FORETS.htmlCHAPITRE_5.htmlshapeimage_2_link_0shapeimage_2_link_1shapeimage_2_link_2shapeimage_2_link_3shapeimage_2_link_4shapeimage_2_link_5
 
CHAPITRE 1 - LA TAÏGA

Étymologie


Le nom « taïga » est la transposition d'un mot russe qui s'écrit en cyrillique тайга, lui-même issu de tayγa, qui en altaï, langue turque parlée dans la République de l'Altaï, désigne une montagne forestière. Le mot correspond au turc daǧ, qui signifie montagne.

La taïga est également désignée sous le nom de forêt boréale, du latin borealis, dérivant lui-même du nom du titan grec Βορέας (Borée) personnifiant le vent venu du Nord. La partie canadienne de la taïga est ainsi couramment désignée sous le nom de forêt boréale canadienne. La dénomination landes est parfois utilisée en référence à une forêt claire de conifères krummholz parsemant une végétation de bruyère. C'est le cas pour les landes océaniques du Sud d'Avalon et de Burin, où des sapins baumiers krummholz prédominent.


Aurore boréale dans la taïga finlandaise

  1. La taïga dessine en fait une large bande au sud de la toundra des régions arctiques. Elle apparaît dans l’hémisphère nord comme un vaste anneau circumpolaire, presque continu sur 12 000 km dont environ 7 000 km en Eurasie et 5 000 km en Amérique du Nord. La taïga est simplement interrompue par le détroit de Béring et par l’océan Atlantique. Elle s'étend sur 15 100 000 km2, ce qui correspond à 10,3 % des terres émergées. Cette zone couvre donc la majorité des terres intérieures nordiques du Canada, de l'Alaska, de la Fennoscandie et du nord de la Russie. Elle est délimitée au nord par la toundra, et au sud par la zone sub-taïga dans laquelle les conifères deviennent minoritaires mais continuent à dominer la strate supérieure de la végétation. Selon le climat, la taïga s'étend de part et d'autre du cercle polaire arctique du 45e parallèle nord pour la part la plus méridionale au 70e parallèle nordpour la part la plus septentrionale.


La haute latitude induit une très forte variation saisonnière entre l'hiver et l'été. Plus on s'avance vers le nord et plus la durée d'ensoleillement est réduite durant la période hivernale, puis une fois traversé le cercle polaire arctique (66° 33' 44" ), le soleil ne se lève pas durant plusieurs jours l'hiver. L'été, il ne se couche pas dans les mêmes proportions, ce phénomène s'appelle jour polaire ou soleil de minuit. Aux latitudes plus basses, sous le cercle polaire, la « nuit » prend la forme d'un long crépuscule qui se confond avec l'aube, c'est le phénomène de nuit blanche.

Du fait de ces hautes latitudes, la taïga couvre la « zone aurorale » située entre 65 et 75° de latitude ou se produisent les aurores polaires. Elles apparaissent principalement en hiver, dans les régions proches des pôles magnétiques, et sont provoquées par l'interaction entre les particules chargées du vent solaire et la haute atmosphère. Il en résulte des phénomènes lumineux caractérisés par des sortes de voiles extrêmement colorés dans le ciel nocturne, le vert étant prédominant.


Écorégions














Végétation des berges du fleuve Yukon, près de Whitehorse 
(Forêts sèches de l'intérieur du Yukon, Néarctique)



La rivière Tchaïa en Sibérie orientale 
(Taïga de Sibérie orientale, Paléarctique)


Les écorégions terrestres du WWF permettent de dresser une cartographie globale de la biodiversité terrestre, reflétant au mieux la répartition de la faune et de la flore.

Un découpage biogéographique en écorégions a été formalisé en 2001 par le Fonds mondial pour la nature (World Wide Fund for Nature, WWF) de manière à servir d'outil pour les programmes de conservation de la nature. Les écorégions sont définies comme des « unités relativement importantes de terres contenant un assemblage distinct de communautés et d'espèces naturelles, avec des limites qui se rapprochent de l'étendue originelle des communautés naturelles avant les grands changements d'utilisation du sol [par l'humain] ». Les écorégions de la taïga se répartissent dans deux écozones : le Néarctique en Amérique du Nord et le Paléarctique en Europe et en Sibérie.

Dans l'écozone Néarctique, la taïga couvrent essentiellement le Canada et l'Alaska, sa subdivision en écorégions se fait de la manière suivante :

•forêts canadiennes médiocontinentales (369 628 km2,  Canada) ;

•forêts de l'Est du Canada (488 587 km2,  Canada) ;

•forêts des hauts plateaux de Terre-Neuve (16 391 km2,  Canada) ;

•forêts des Muskwa et du Lac des Esclaves (263 806 km2,  Canada) ;

•forêts du Bouclier canadien central (463 345 km2,  Canada) ;

•forêts du Bouclier canadien occidental (548 394 km2,  Canada) ;

•forêts du Nord de la Cordillère (264 234 km2,  Canada) ;

•forêts sèches de l'intérieur du Yukon (62 742 km2,  Canada) ;

•landes océaniques du Sud d'Avalon et de Burin (2 035 km2,  Canada) ;

•taïga des basses-terres de l'intérieur de l'Alaska et du Yukon (446 261 km2, États-UnisCanada) ;

•taïga des Territoires du Nord-Ouest (348 147 km2,  Canada) ;

•taïga du Bouclier canadien oriental (757 250 km2,  Canada) ;

•taïga du Bouclier canadien septentrional (617 319 km2,  Canada) ;

•taïga du Sud de la Baie d'Hudson (375 339 km2,  Canada).

Dans l'écozone Paléarctique, la taïga couvrent la majeure partie de la Norvège, de la Suède, de la Finlande, de la Russie du Nord et de la Sibérie. Elle est répartie à travers les écorégions suivantes :

•taïga de Sibérie occidentale (1 680 245 km2,  Russie) ;

•taïga de Sibérie orientale (3 922 555 km2,  Russie) ;

•taïga scandinave et russe (2 156 900 km2, Norvège •  Suède •  Finlande
•  Russie) ;

  1. toundra d'altitude et taïga de l'Oural (175 548 km2,  Russie).


Climat

Les écosystèmes de la taïga connaissent des températures annuelles moyennes se situant généralement sous 0 °C. Les températures moyennes d’été se situent entre 10 et 15 °C, mais les moyennes minimales d'hiver peuvent descendre au-dessous de −30 °C. La taïga est soumise à une échelle climatique allant du climat subarctique à un climat continental humide. Ce dernier cas concerne la partie de la taïga située à la plus basse latitude. Selon la classification de Koppen, le climat continental humide peut se décomposer en deux catégories. Il s'agit des catégories Dfa et Dfb, la taïga ne se développe que dans la catégorie Dfb. On retrouve ce climat dans le sud de sa partie canadienne et européenne. Plus au nord, le climat subarctique est un climat intermédiaire entre le climat tempéré et le climat polaire. Ce climat correspond à la catégorie Dfc de la classification de Koppen. On retrouve ce climat dans le nord de la partie canadienne et européenne de la taïga ainsi que dans sa partie sibérienne et Alaskane.


Taïga en Alaska.

Les arbres les plus répandus dans la taïga sont des conifères adaptés au froid, comme les mélèzes, les épicéas, les pins et lessapins. Leur forme conique fait glisser la neige ; leurs aiguilles couvertes d'un enduit cireux les protègent du gel ; leur couleur vert foncé absorbe les faibles rayonnements du soleil et favorise la photosynthèse.

On trouve également des feuillus, notamment les bouleaux, les saules, les peupliers et les sorbiers. On les trouve notamment en bordure de cours d'eau et dans les chablis, perturbations qui constituent l'un des stades du cycle sylvogénétique de la taïga, qui entretient sa microtopographie (l'épinette régénèrent mieux sur les bosses laissées par les chablis (ou sur du bois-mort) que sur des surfaces non perturbées).


Faune

C'est la zone la plus au Nord dans laquelle les espèces qui ont besoin de quelques arbres peuvent survivre. Un nombre considérable d'oiseaux tels que la grive de Sibérie (ou grive obscure), le bruant à gorge blanche et la paruline à gorge noire migrent vers cet habitat pour tirer profit des longues journées d'été et de la nourriture abondante en insectes durant cette saison.

Quelques oiseaux carnivores et certains grands oiseaux omnivores peuvent y trouver des proies vivantes ou des carcasses qui sont également présentes dans cette zone pendant l'hiver. Parmi ceux-ci, le bec croisé, l'aigle doré et le busard.

Relativement peu de mammifères peuvent faire face aux durs hivers. Parmi ceux qui le peuvent, on trouve l'élan, le lynx, le tigre de Sibérie, la panthère de l'Amour, le loup, le castor, le lièvre des neiges, le lemming, le campagnol des rochers, le caribou, plusieurs espèces d'ursidés (dont l'ours brun) et plusieurs membres de la famille des mustélidés tels que le glouton (aussi appelé carcajou), la belette pygmée et la martre des pins.


Écologie

Les feux de forêts

La forêt boréale constitue un biome particulier, en ce sens que cet écosystème est régulé particulièrement par de grandes perturbations majeures, à l’inverse des autres couverts forestiers. Les populations végétales sont ainsi contrôlées par les successions d’attaques d’insectes ravageurs, d’épisodes anecdotiques et surtout, par les feux de forêts. Ces larges incendies peuvent ravager de très larges superficies, et ce à des vitesses difficiles à concevoir, pouvant aller jusqu’à une vingtaine de kilomètres par heure dans des conditions optimales. Également, la quantité d’énergie relâchée est gigantesque, pouvant atteindre 500 000 kJ/m2 dans un laps de temps très court. Ces chiffres montrent bien l’un des rôles cruciaux de ces feux : celui de consommer la litière et l’humus accumulé sous le couvert forestier. Dans ces forêts nordiques, le processus de décomposition de la matière végétale morte est très ralenti par les basses températures et le milieu acide formé par les communautés de résineux. Avec l’aide du feu, cette matière organique, très riche en nutriments, est relâchée dans le milieu à nouveau pour être réutilisée. Ce recyclage est important, entre autres pour le cycle de l’azote, dont d’énormes quantités peuvent se retrouver emmagasinées dans l’humus. En étant relâché, il permet en même temps d’abaisser l’acidité du sol et de favoriser sa nitrification. Les feux ravagent le milieu selon certains cycles, et le milieu subit un incendie environ tous les 200 ans.

Un autre aspect écologique des feux crucial au milieu est démontré par le phénomène de sérotinie. Cette stratégie a été observée chez des gymnospermes comme le Pin gris et le Pin tordu par exemple. Elle consiste à former un cône stockant les graines de l’individu, très résistant aux prédateurs et aux conditions externes. Le cône est protégé par une couche de résine qui fond au contact de la chaleur du feu. Tant que cet élément déclencheur n’est pas présent, les cônes s’accumulent au sol, formant une banque de graines que les arbres pourront utiliser. Les graines, lors des incendies, sont alors relâchées dans le nouveau milieu vierge de végétation. Cette stratégie présente un net avantage pour qui la pratique, puisqu’elle permet d’assurer à sa descendance une chance de croître dans un milieu favorable, riche en nutriments, et à la fois libre de compétition. En effet, le feu ne fait pas d’exception, et les compétiteurs potentiels disparaissent après son passage.

Il semblerait également que la présence de feux dans une communauté végétale peut également définir sa composition. En effet, certaines hypothèses avancent que les incendies forestiers ne perturbent pas toujours l’écosystème, mais viennent stabiliser la présence d’espèces adaptées sur certains sites. Ainsi, dans les milieux brûlant fréquemment, le Pin gris est une espèce dominante de l’habitat, mais si le cycle de feu est trop long, il peut se retrouver évincé du milieu par des compétiteurs. Tandis que dans les endroits humides, peu susceptibles aux flammes, l’on retrouve surtout de l’Épinette noire.


La taïga et l'Homme

Populations autochtones

Traite d'un renne dans la taïga


La taïga est une zone à faible densité de population. La rigueur du climat rend très difficile le développement d'une activité agricolece qui a longtemps maintenu les peuples autochtones dans une situation de chasseurs-cueilleurs ou de pastoralisme nomade. Ainsi la chasse, la pêche et la cueillette furent le mode de subsistance exclusif des Amérindiens vivant dans la taïga nord-américainetandis que les populations sibériennes et européennes se sont davantage spécialisées dans l'élevage de rennes. Presque toutes les parties de l'animal sont utilisées par les autochtones. Le renne passe la période froide dans la taïga mais a besoin de migrer vers la toundra durant la courte période estivale ; il y trouve de la nourriture en abondance, ce qui permet la croissance des jeunes de l'année et l'accumulation de réserves pour l'hiver. Ce mode de vie impose l'élaboration d'un habitat mobile, facilement transportable, le plus souvent constitué de tentes. Bien que les autochtones européens furent christianisés très tôt, l'ensemble des peuples de la taïga pratiquaient à l'origine le chamanisme.


Autochtones européens

Les autochtones européens habitent la taïga scandinave et russe. Cette écorégion terrestre est la plus vaste du continent européen couvrant 2 156 900 km2. Les Samis vivent dans la partie occidentale tandis que les Komis vivent dans la partie orientale. Ces deux peuples parlent des langues apparentées faisant partie de la famille des langues finno-ougriennes.


  1. Les Samis sont également appelés « Lapons » et habitent une zone qui couvre le nord de la Suède, la Norvège et de la Finlande ainsi que la péninsule de Kolaen Russie. Leur nom, Sami dans leur propre langue, est également parfois traduit par les termes « Sames », « Samés », « Sâmes » ou « Saami ». Ils parlent différentes langues sames et occupent l'ensemble de la Laponie qu'ils désignent sous le nom de Sápmi. Leur mode de vie est traditionnellement basé sur la pêche et l'élevage de rennes. Ils tirent du renne son lait, sa viande, sa fourrure, ses bois et sa peau. On distingue deux types d'habitats samis : le goahti et lelavvu. Le goahti désigne une forme de hutte munie d'une porte et dont la structure est en bois, recouverte de terre et de végétaux. Elle est utilisée comme habitation d'hiver. À l'inverse le lavvu est une forme de tente utilisée comme habitation d'été et plus facile à transporter. Cette dernière était jadis faite de longue branches recouverte de peaux de renne liées par des tendons de ce même cervidé. Le joik, chant a cappella, fait partie des modes d'expression traditionnelle du peuple saami. Les Samis se convertirent au christianisme à partir du XIIe siècle.


  1. Les Komis sont également appelés Zyrianes et habitent exclusivement en Russie, plus précisément dans la République des Komis mais également de manière plus sporadique dans le district autonome komi-permiak du Kraï de Perm (les « Permiaks »), dans la péninsule de Kola (oblast de Mourmansk), et sur le cours inférieur de l'Ob inférieur (Khantys-Mansis et Iamalie). Leur mode de vie est traditionnellement basé sur la chasse, la pêche et l'élevage de rennes. Ils parlent lekomi, une langue permienne et se convertirent au christianisme à partir du xve siècle.




Autochtones sibériens

À la différence des autochtones européens, les autochtones sibériens ont subi une politique d'assimilation et de collectivisation forcée durant la période soviétique. Beaucoup ont été contraints à la sédentarisation, et des interdictions d'utilisation de leurs langues ou de pratiquer le chamanisme furent mises en place. Malgré les profonds dommages occasionnés, leur culture et leurs modes de vie subsistent toujours. On trouve les peuples suivants.

•Les peuples Samoyèdes vivent en Nénétsie, en Iamalie et dans le kraï de Krasnoïarsk. Ils se répartissent essentiellement entre Nénetses, Énètses et Nganassanes. Ils sont à l'origine de la race de chien de traineau samoyède, leur moyen de transport traditionnel. Ce sont des peuples nomades qui habitent dans des Chums ou Tchoums, tentes samoyèdes faites de peaux de renne. Les Samoyèdes pratiquent le chamanisme. Leur croyance se base sur l'existence de deux démiurge : Noum qui règne sur le ciel et Nga qui règne sur le monde souterrain. Ils régulent le monde tantôt en collaborant, tantôt en étant en compétition.


 

 












Chiens samoyèdes

 

Pipe en os de mammouth


•Les peuples Toungouses sont représentés par Évènes et les Évenks, apparentés aux Mandchous. Ils vivent dans le nord de la République de Sakha, auKamtchatka, en Tchoukotka, dans le kraï de Khabarovsk et dans le kraï de Krasnoïarsk. Ils vivent de chasse, de pêche et de l'élevage du renne.

•Les peuples Turcs sibériens, parlant les langues turques sibériennes sont représentés par les Iakoutes (appelés aussi Sakha) qui habitent dans la République de Sakha et les Altaïens qui habitent dans la République de l'Altaï et dans le kraï de l'Altaï. Ces peuples vivent traditionnellement dans des yourtes.

  1. Les peuples Paléo-sibériens sont des peuples du nord-est de la Sibérie vivant dans le kraï du Kamtchatka, l'oblast de Magadan et le district autonome de Tchoukotka. Ils parlent les langues paléo-sibériennes et semblent être les descendants des premiers habitants de la région. Les deux groupes les plus importants sont les Koriaks et les Tchouktches.


Les Aïnous

Les Aïnous, appelés également Utaris, habitent l'île d'Hokkaidō au Japon ainsi que les îles Kouriles, l'île de Sakhaline et le Kamtchatka dans l'Est de la Russie. Les Aïnous sont les premiers habitants du Japon, à l'origine ils n'habitaient pas uniquement la taïga mais ils y furent refoulés par les Japonais après leur arrivée dans l'archipel. Ils vivent traditionnellement de la chasse, de la pêche et de la cueillette. Les Aïnous habitent dans des cises regroupées en petites communautés appelées kotan.


Nord-Amérindiens

  1. Les peuples algonquiens (InnusAttikamekwsAlgonquinsCris, Ojibwés) occupent la zone subarctique canadienne, depuis le Labrador jusqu'au centre de l'Alberta, où ils vivaient autrefois en petits groupes nomades.

  2. Les Dénés habitent les terres situées au nord du fleuve ChurchillManitoba, à l'ouest de la baie d'Hudson. Dans leur langue, le territoire qu'ils occupent s'appelle le Denendeh, ce qui signifie la « Terre des Gens ». L'une des grandes revendications des Dénés est que leur soit reconnu définitivement le contrôle des terres sur lesquelles ils vivent. Ils parlent des langues athapascanes de la famille na-dené et ont été le premier peuple à s'établir dans ce qui est maintenant appelé les Territoires du Nord-Ouest.


Exploration

Activités économiques :

•Ruée vers l'or du Klondike

Sables bitumineux de l'Athabasca

•Champ pétrolifère Samotlor


Du fait d'une nature très fragile, les atteintes d'origine anthropique sur les zones de taïga restent visibles très longtemps. Il faut plusieurs siècles pour que les arbres repoussent jusqu'à leur hauteur adulte.


Transport

Au Québec, environ un millier de collisions
avec un orignal ont lieu chaque année.


La taïga dans la culture

•Ermites dans la taïga

•L'Appel de la forêt

Croc-Blanc

Le Fils du loup

Construire un feu

Dersou Ouzala 

Balto (film)

Le Grizzly (roman)

Nomades du Nord

L'Ours (film, 1988)

 

Famille samie en 1936

Un lavvu

Samie et son renne

Enfant nénetse

Famille nganassane

Famille d’algonquins

Pin gris

Haut de pageCHAPITRE_1-anatomie.htmlshapeimage_7_link_0