ACCUEIL     CHAPITRE 1       CHAPITRE 2      CHAPITRE 3      CHAPITRE 4      CHAPITRE 5Introduction.htmlCHAPITRE_1.htmlhttp://livepage.apple.com/CHAPITRE_3-FONCTIONS.htmlCHAPITRE_4-USAGE_FORETS.htmlCHAPITRE_5.htmlshapeimage_2_link_0shapeimage_2_link_1shapeimage_2_link_2shapeimage_2_link_3shapeimage_2_link_4shapeimage_2_link_5
 
 

L’ÉCOLE DE BARBIZON

Nous sommes en forêt de Fontainebleau, pas trop loin de Paris, un lieu célèbre depuis des siècles pour ses chasses royales et la profondeur de ses bois. Un petit village paisible s'y trouve quelque part au sein d'une lisière un peu sauvage. Le XIXème siècle en est à son quart, 1825, les rois ne chassent plus comme avant, la vie des gens est toute entière gérée par les arbres.


Une petite bande d'artistes va découvrir Barbizon. Des peintres. Des jeunes inspirés par la nature, en plein essor du Romantisme, assoiffés de plein air, ce qui deviendra plus tard, avec les Impressionnistes, le  "motif". C'est-à-dire que la peinture se conçoit sur place, "d'après nature", les yeux devant le paysage.


Ils n'étaient pas les premiers à peindre les bois, mais eux, avec la forêt de Fontainebleau, ils investirent un lieu unique toujours infiniment diversifié.


À la suite de Théodore Rousseau (à ne pas confondre avec le "Douanier Rousseau"), c'est une dizaine d'artistes qui s'installeront à Barbizon, dans les années 1830. Charles-François d'Aubigny, Narcisse Diaz de la Pena, Jean-François Millet, Constant Troyon, Jules Dupré, Armand Cassagne, Charles Jacques, Albert Charpin, Charles Leroux.










Théodore Rousseau

 
CHAPITRE 2 - ART DES FORÊTS ET DU BOIS

Jean-François Millet par Nadar

Jean-Baptiste-Camille Corot

Théodore Rousseau « Paysage de forêt » 1850


Sur le plan pratique,  un train existe déjà entre Paris et Melun, qui amène les visiteurs à 10 Km des ateliers en forêt. Sur place, on loge et on dîne à l'unique auberge : celle des époux Ganne. (Qui préfigure l'auberge Ravoux qui accueillera plus tard et ailleurs, Van Gogh à Auvers) On les nomme "les peintres de Ganne". Ils se posent tous avec leurs chevalets en pleine nature, dans la forêt. Des peintres aujourd'hui célèbres font quelques visites à leurs amis de Barbizon : Courbet par exemple ou Corot.


À y bien regarder, les tableaux qui naissent à l'ÉCOLE DE BARBIZON évoquent des influences multiples venant des artistes paysagistes hollandais, des anglais avec Constable alors à la mode dans son pays. Préfigurant le mouvement considérable qui viendra dans la dernière partie du siècle, les Impressionnistes, nos Romantiques de Barbizon, ont su néanmoins définir l'essentiel : un style bien à eux.



















Portrait de Charles-François Daubigny par Félix Nadar



Chacun monte dans ce village jusque-là ignoré, son propre atelier. Ils se fréquentent, il partagent les mêmes convictions à propos de la nature, du sujet, du style... Ils deviennent pour l'Histoire de l'Art l'ÉCOLE DE BARBIZON.

 
Haut de pageCHAPITRE_1-anatomie.htmlshapeimage_5_link_0