ACCUEIL     CHAPITRE 1       CHAPITRE 2      CHAPITRE 3      CHAPITRE 4      CHAPITRE 5Introduction.htmlCHAPITRE_1.htmlhttp://livepage.apple.com/CHAPITRE_3-FONCTIONS.htmlCHAPITRE_4-USAGE_FORETS.htmlCHAPITRE_5.htmlshapeimage_2_link_0shapeimage_2_link_1shapeimage_2_link_2shapeimage_2_link_3shapeimage_2_link_4shapeimage_2_link_5
 
 

LA LEGENDE DE SAINT HUBERT



Vers le VIIIème siècle, en pleine croissance du Christianisme en Europe, naquit une légende qui réunit la croyance religieuse à la pratique courante de la chasse.


Le lieu hautement symbolique en est la forêt, lieu de mystère, où l'on peut s'égarer, rencontrer les animaux dangereux (loups, ours, sangliers, vipères...) trouver la mort, bref, lieu incertain mais d'usage presque quotidien afin de construire, se nourrir, se chauffer, se distraire... Pratiquer l'activité aristocratique par excellence, liée à l'Art du combat: la chasse.


Voici un personnage emblématique : Hubert, de la famille Peppinide, (les derniers mérovingiens). Il est tellement religieux qu'il se fait nommer évêque à Rome en 709. Après une vie de lutte contre les animistes et les païens, il meurt en l'an 709.(canonisé en 744). "D'un personnage historique, on façonne un mythe" nous dit Patricia de Fougerolle dans son remarquable chapitre du livre LA LEGENDE DE ST.HUBERT, aujourd'hui introuvable aux Editions Somogy.


En fait, nous explique-t-elle, la légende existait déjà mais avec St-Eustache, homme bon, général romain qui se nommait initialement Placide au temps de Trajan et d'Adrien. Après avoir vu un cerf portant un crucifix entre ses bois, il se fit baptiser Eustache puis fut martyrisé.




< La Vision de Saint-Hubert

Louis-Godefroy Jadin (1805-1882), 1859 - Huile sur toile 1, 35 m x 1 m - 002 28 - © musée de la Chasse et de la Nature, Paris – Sylvie Durand


Revenons à Hubert. A 18 ans, il quitte sa famille pour rejoindre son parent Pépin de Herstal, roi d'Austrasie et de Neustrie, (père de Charles Martel); on est à la fin des Mérovingiens et au début des Carolingiens (fin 600/début 950). A la Cour, Hubert mène une vie de plaisirs, particulièrement de grand chasseur, remarqué pour cette passion et son talent.


"En 683, le vendredi saint, Hubert chasse en forêt ardennaise. Ses chiens lancent  un magnifique cerf, un 10 cors gigantesque. La bête se fait chasser sans recourir aux ruses habituelles: point de change, ni de retour, et après plusieurs heures ne montre pas plus de fatigue qu'au moment du lancer. Proche de l'hallali, le cerf s'avance vers Hubert qui aperçoit alors un crucifix sur lequel resplendit le Christ dans une nuée lumineuse." Une voix lui indique ce qu'il doit désormais faire plutôt que de chasser : il doit se consacrer à Dieu."

Le miracle de Saint Hubert,
Troyes, Champagne, XVIe s (inv 0)



Alors, dès qu'il sera veuf de son épouse Floribane, il pourra se retirer en forêt comme ermite. S'ensuit une série de légendes miraculeuses le concernant, un voyage auprès du pape Serge à Rome, diverses situations extraordinaires dont la remise par un ange d'une étole tissée par la Sainte Vierge elle-même...Bref, revenu dans les forêts des Ardennes où il restera 15 ans de méditation, il meurt comme tout le monde, mais sa tombe dans l'église de St. Pierre de Liège fait des miracles. Il est notamment réputé pour guérir de la rage... généralement contractée lors des chasses...


Plus tard, alors que les rituels à Saint Hubert devenaient par trop "païens", un moine ne retiendra que la vision du cerf merveilleux, pour propager la foi chrétienne, légende tenace qui fera de Saint Hubert le patron des chasseurs.


Tenture des  chasses nouvelles : le loup

D'après des cartons de Jean Baptiste Oudry (1686-1755) - Manufacture de Beauvais, 1728

Laine et soie - 3,75 m x 4,71 m

013 16 - © musée de la Chasse et de la Nature, Paris - Sylvie Durand


Tenture des  chasses nouvelles : le cerf

D'après des cartons de Jean Baptiste Oudry (1686-1755) - Manufacture de Beauvais, 1728

Laine et soie - 3,80 m x 5,17 m

013 16 - © musée de la Chasse et de la Nature, Paris - Sylvie Durand


Cette célèbre légende - qui mêle religion et chasse - n'est qu'une histoire parmi tant d'autres qui ont pour cadre la forêt. De siècle en siècle, de civilisation en civilisation, on pourrait presque dire de mode en mode, le monde fascinant des bois et forêts, n'a cessé d'inspirer les hommes. Il suffit de d'évoquer pêle-mêle les "hommes des bois" : en Amazonie régnait, disait-on, des géants vivant dans les arbres, d'où ils venaient terroriser les peuples du sol. Toujours dans la jungle, nous avons tous connu Tarzan, grâce au Cinéma, se balançant de liane en liane tel un singe, hurlant son célèbre cri, qui résonne dans un monde animal qu'il maîtrise. Supériorité de l'Homme sur les animaux. Dans le style philosophique, l'aventure de Mowgli se déroule dans les forêts de l’Inde, à la frontière de la "tribu" civilisée. Quand l'Anglais Rudyard Kipling écrit "Le livre de la Jungle", il pense en symbolique maçonnique adaptée aux forêts tropicales, où les animaux sauvages sont ici représentés en Sociétés primitives ; bien sûr, le petit homme sera le sujet de toutes les attentions... Des enfants élevés par une louve ? En voilà d'autres auxquels ont doit un succès sans égal: Romulus et Rémus eurent le destin exceptionnel que l'on sait... Et Rome naquit...


Mais retournons dans les bois à la recherche de Merlin l'Enchanteur, d'Alice au pays des merveilles, du fameux "Petit Chaperon Rouge" que l'on croit un conte pour les enfants... Et que dire du Petit Poucet abandonné aux risques de la forêt... Attention, le monde inquiétant des forêts, attire autant qu'il intrigue, il inquiète, il génère des paniques, des perditions, des dangers sauvages.


Le monde des forêts est le Paradis des psychanalystes.


< Le petit Poucet

   Illustration de Gustave Doré

 
CHAPITRE 2 - LÉGENDES

La Chasse au daim dans la forêt de Compiègne, hallali sur pied,
27 avril 1818

Jean Pierre Feuillet (1777-1840)

Porcelaine polychrome et dorure

H. 46,3 cm ; l. 26 cm - 93 1 1

© musée de la Chasse et de la Nature, Paris – Nicolas Mathéus

Ci-dessous, détail

La Curée du daim au bois de la Malmaison, 20 mai 1818

Jean Pierre Feuillet (1777-1840)

Porcelaine polychrome et dorure

H. 46,3 cm ; l. 26 cm - 93 1 2

© musée de la Chasse et de la Nature, Paris – Nicolas Mathéus

Ci-dessous, détail


Le livre de la Jungle

Illustration de Maurice de Becque

Haut de pageCHAPITRE_1-anatomie.htmlshapeimage_5_link_0