ACCUEIL     CHAPITRE 1       CHAPITRE 2      CHAPITRE 3      CHAPITRE 4      CHAPITRE 5Introduction.htmlCHAPITRE_1.htmlCHAPITRE_2-ARTS.htmlhttp://livepage.apple.com/CHAPITRE_3-FONCTIONS.htmlCHAPITRE_4-USAGE_FORETS.htmlshapeimage_2_link_0shapeimage_2_link_1shapeimage_2_link_2shapeimage_2_link_3shapeimage_2_link_4shapeimage_2_link_5
 
 

" De quelles forêts parlons-nous ? Le problème peut-il être le même, en effet, pour les forêts de montagne, les forêts méditerranéennes, la forêt des landes de Gascogne, les forêts périurbaines, la forêt tropicale humide de Guyane, les forêts de la Réunion, de la Nouvelle-Calédonie ? Quel modèle de développement durable constitue notre référence ?  Quels rapports des hommes et des forêts pouvons-nous imaginer dans le futur ? Ne seront-ils pas conditionnés par l'évolution, plus générale, des rapports des hommes à la nature, dont chacun sait qu'ils comportent une dimension éthique essentielle."


Patrick Blandin


Courrier de l'Environnement. INRA n°25 septembre 1995

"Les forêts : développement ou conservation durable ?"

Laboratoire d'Ecologie  Générale

INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE






La forêt française est belle, dans son exceptionnelle variété de peuplements et de paysages entre ses climats méditerranéen, atlantique, de plaine ou de montagne, avec ses futaies ou ses taillis et garrigues, allant de sa bordure océane de pins maritimes, aux extraordinaires chênaies de nos plaines, à Bercé, Bellême ou Tronçais, en passant par ses grandes sapinières de montagne, jusqu'à ses genévriers bonzaï de reliques glaciaires... Evidemment nous n'oublions pas non plus notre outremer tropical, avec son extraordinaire diversité biologique, la Réunion, les Antilles ou l'immensité de notre Guyane et ses 8 millions d'hectares...


© Patrick CHAINBAUX

Il est vrai que depuis Philippe VI de Valois et par l'ordonnance de Brunoy de 1346, était prescrit les premières règles de protection des forêts et de gestion forestière, pour la Marine et notre autarcie, "que les dites forêts et bois se puissent perpétuellement soutenir en bon état" ; elles furent à l'origine de notre actuel concept développement soutenable, c'était il y a plus de 6 siècles !

Aujourd'hui la forêt française est deux fois plus étendue qu'il y a deux siècles et son volume sur pied est important et ne cesse de croître, les récoltes atteignant à peine la moitié de sa production biologique, ce qui est dommage pour le rôle de la forêt dans la limitation du réchauffement.

Cependant elle reste fragile avec ses superbes hêtraies et sa rare  sapinière de Normandie qui ne résisteront pas au changement climatique... Les forestiers sont déjà confronté à un défi complexe, faire migrer vers le nord des peuplements enracinés. Si les animaux sauvages peuvent migrer rapidement vers le nord, les arbres marchent moins vite et l'homme devra les aider.

La forêt française se porte bien, mais qu'en est-il des forêts mondiales ? Le manteau forestier de la planète se porte mal, très mal, s'abime, se réduit en peau de chagrin, est en loques, de plus en plus troué par la déforestation. Les déboisements pour l'élevage bovin au Brésil ou les défrichements pour faire place aux palmiers à huile en Indonésie, Brésil et même maintenant en Afrique.

Ce recul de la forêt, près de 15 millions d'hectares par an, serait responsable de 20 % des gaz à effet de serre. Il nous faut vraiment arriver à aider les pays émergents à protéger leur forêt primaire.

Sinon il ne nous restera qu'à pleurer et nous souvenir des mots de Chateaubriand dans ses mémoires d'outre-tombe "Les forêts précèdent les peuples et les déserts les suivent".


Jean-Marie Ballu

Reportage pour forêt internationale

Ingénieur général honoraire des Ponts, des Eaux et des Forêts

Vice président de l'Association Française des Eaux et des Forêts

Ancien président de la section "Nature, forêt, paysages" du Ministère de l'Agriculture et de la Forêt (Conseil général, CGAAER)

www.ballu-foretbois.com

 
CHAPITRE 5 - CONCLUSIONS
Haut de pageCHAPITRE_1-anatomie.htmlshapeimage_5_link_0

Paysages de France

© Patrick CHAINBAUX