ACCUEIL     CHAPITRE 1       CHAPITRE 2      CHAPITRE 3      CHAPITRE 4      CHAPITRE 5Introduction.htmlCHAPITRE_1.htmlCHAPITRE_2-ARTS.htmlhttp://livepage.apple.com/CHAPITRE_3-FONCTIONS.htmlCHAPITRE_4-USAGE_FORETS.htmlshapeimage_2_link_0shapeimage_2_link_1shapeimage_2_link_2shapeimage_2_link_3shapeimage_2_link_4shapeimage_2_link_5
 
 

Devant les agressions que subissent les forêts, leurs diminutions ou leurs destructions, de  nombreux pays ont dû réagir, alertés par des scientifiques et des Associations.

Cette prise de conscience est relativement récente. Elle est encore imparfaite compte tenu des habitudes de consommation prises pendant des siècles, devant la tyrannie du gain, devant l'inconséquence des dirigeants, devant les guerres...

Il convient ici de souligner que - malgré tout - les efforts venant de toutes parts obtiennent des améliorations, voire des succès :


L'UNION EUROPÉENNE (UE)

La création d'un réseau NATURA 2000 contribue sérieusement à protéger des espèces végétales et animales en Europe dans 26 000 sites actuellement délimités. On dit que c'est le plus grand réseau de préservation du monde. (230 types d'habitats)

En ce qui concerne les forêts, on peut lire dans le document "Environnement" de 2014, les lignes suivantes :

" Partout dans le monde, les forêts disparaissent à un rythme alarmant. L'UE a appelé à réduire la déforestation de moitié d'ici à 2020. Et à l'arrêter tout à fait en 2030. Elle coopère avec plusieurs pays exportateurs de bois pour améliorer la gouvernance des forêts. La législation européenne réduit au minimum le risque que du bois récolté de manière illégale soit vendu dans l'Union."


CONFÉRENCES INTERNATIONALES

Depuis plusieurs décennies, les États du monde ont pris l'habitude de réunir des experts, des décideurs et autres associatifs, afin de débattre sur l'avenir de la planète et d'éclairer les "politiques" sur les dangers liés à de mauvaises gestions des ressources naturelles. Trop d'usages de produits toxiques, de déforestations, de libération dans l'atmosphère de gaz à effet de serre, etc...

Les résultats de ces conférences (qui s'accompagnent elles aussi de diverses pollutions en mobilisant trop de participants qui voyagent généralement en avions) les résultats donc sont souvent médiocres.

Le "sommet" de RIO, en juin 1992, reste assez emblématique. Le COURRIER DE L'ENVIRONNEMENT n°20 de l'INRA a publié un article très détaillé sur cet événement dont voici un résumé:

On a noté que les pays en voie de développement refusent toute ingérence écologique dans leurs affaires. Ils refusent ce qu'ils appellent "un néocolonialisme écologique". Le risque de boycott des bois tropicaux par les pays développés fut pris très au sérieux. (À noter qu'il n’a jamais été appliqué).

" La mention du rôle des forêts dans le changement climatique s'est heurté à l'opposition intransigeante du Brésil, qui avait déjà réussi à édulcorer au maximum toute mention explicite de ce genre lors de la Convention mondiale sur le changement climatique." ... Il est clair que les "pays émergeants" voient d'abord dans leurs forêts une ressource indispensable à leurs Économies, et subordonnent la protection à la satisfaction des besoins vitaux de leurs populations, notamment au bois de feu et en terres agricoles. D'où la nécessité d'une aide financière.

(Déforestations 1970 : 10 millions d'ha/an - 198O : 17 millions ha)

Les ONG (Organisations Non Gouvernementales) avaient alerté sur le cas des populations indigènes en forêts qui subissaient de plein fouet les déforestations liés à l'agriculture ou aux coupes commerciales au Brésil amazonien et en Malaisie. Les conclusions de "RIO" furent aussi décevantes que représentatives d'une époque. Les Conférences suivantes eurent beaucoup de mal à imposer les modifications nécessaires aux politiques de surconsommation en vigueur partout dans le monde. Les pays développés font de l'argent avec les produits des pays en voie de développement. Ce cercle peu vertueux bloque toutes les tentatives de changement, pourtant indispensables. Ceci explique cela.

À Paris, la récente conférence mondiale sur le climat (décembre 2015) a prouvé deux choses importantes : un succès réel par l’ampleur des participants et leurs merveilleux discours remplis de bonnes volontés ; en second lieu, la très réelle gravité du problème. Un franc succès ou une partie de succès ? L’avenir seul permettra de trancher et répondre à la question.

L'avenir ne sera pas calme pour l'espèce humaine. La nature aura, soyons en convaincus, tout le temps de se régénérer.

UNESCO - WWF - MUSEUM - INRA - ASSOCIATIONS

CHAPITRE 5 - PROTECTION DES FORÊTS
Haut de pageCHAPITRE_1-anatomie.htmlshapeimage_6_link_0