Les épices

Pages 1 - 2 - 3 - 4

 

... Le prétexte des épices.


Les épices relèvent, Les épices révèlent. Elles relèvent le goût et stimulent le désir; mais surtout elles servent de révélateur, de déclencheur, peut-être de prétexte à l'apparition de toute une série de nouveautés.

Plus que de l'histoire économique, ou des aventures de courageux navigateurs, il sera question ici des révolutions mentales qui se sont produites à l'occasions de la course aux épices: innovations dans l'art de naviguer ou dans l'art de dominer, représentations théoriques du monde, outils que forgent les savants, stratégies commerciales ou politiques que conçoivent les Etats pour s'assurer le monopole des épices, méthodes et instruments découverts par les marchands....

De la circulation des informations entre savants et voyageurs, des rapports ambigus entre propagateurs de la foi et chasseurs de poudres précieuses, naissent des rencontres surprenantes. On part pour confirmer des mythes, et ils en meurent.

Enchantements et désenchantements se jouent sur ces routes. Et tout cela commence peut-être par un grain de poivre.

Dès que les épices parviennent en Occident, il est question de prix et de balance commerciale. Les épices et aromates si prisés pour la cuisine ou les vins romains, si employés par la pharmacopée, font partie, avec les parfums, les pierres précieuses et la soie, des produits qu'il faut aller chercher en Orient ou dans des villes-relais.

Ces trafics enrichiront surtout les intermédiaires et, des siècles durant, coûteront à l'Europe ses métaux précieux, or ou argent selon l'époque. Au 1er  siècle de notre ère, Rome voit fuir ses réserves métalliques sur les marchés d'Alexandrie, d'Antioche ou de Palmyre et envoie, dit-on, une flotte annuelle de 120 navire vers Ceylan.

>

1

  1. 1. Poivres

  2. 2. Cardamome

  3. 3. Piments

2

3